Mot-clé - vocabulaire

Fil des billets

lundi 6 novembre 2017

Chaque réforme est l'occasion de gramenter #MotDisparu

Les Français ont cette réputation d'être difficiles à gouverner... Tous les hommes de pouvoir s'en plaignent. Chaque réforme de l'Etat engendre son lot de mécontents. Voilà pourquoi le verbe gramenter, qui signifie "se plaindre, être mécontent", est particulièrement indiqué pour être remis au goût du jour. On peut lui préférer les synonymes suivants, qui sont tous aussi rares et anciens : guermenter, gaimenter ou encore garmenter.

Nous attendons avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme. Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte. Les références Twitter sont également les bienvenues.

Cette semaine, racontez-nous comment vous avez réussi à placer le verbe "gramenter" dans vos conversations courantes (ou vos tweets)... et envoyez-nous tous les termes surannés rencontrés que vous souhaitez voir apparaître dans cette rubrique! C'est un challenge, mais aussi un plaisir, pour nous de construire des textes avec des mots inusités (ou presque)!

L'équipe des Editions Secrètes

lundi 30 octobre 2017

Un bouquiniste spécialisé dans les incunables, ces livres antérieurs à la naissance de l'imprimerie. #MotDisparu #Joubert

Un bouquiniste spécialisé dans les incunables, ces livres antérieurs à la naissance de l'imprimerie. Cette phrase tirée du Mage du Rumorvan nous permet de vous présenter le terme incunable. Il ne s'agit pas d'un mot véritablement disparu, mais plutôt rarement usité car c'est un terme de spécialiste. Pourtant, il mériterait d'être plus connu pour les auteurs qui rédigent de la Fantasy. En effet, ce terme désigne, de manière technique et historique, les ouvrages imprimés avant l'an 1501. Par extension, dans le langage courant, les manuscrits très anciens sont souvent nommés de cette manière.

Nous attendons avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme. Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte. Les références Twitter sont également les bienvenues.

Cette semaine, racontez nous comment vous avez réussi à placer le mot "incunable" dans vos conversations courantes (ou vos tweets)... et envoyez nous tous les termes surannés rencontrés que vous souhaitez voir apparaître dans cette rubrique! C'est un challenge, mais aussi un plaisir, pour nous de construire des textes avec des mots inusités (ou presque)!

L'équipe des Editions Secrètes
LemageduRumorvanv3.jpg

mardi 24 octobre 2017

Le laboratoire d'écriture : L'atmosphère d'un lieu #MardiConseil

Les personnages d'une histoire évoluent dans un environnement et l'écrivain doit retranscrire l'atmosphère qui en résulte, ainsi qu'en décrire les détails. Etonnament, ce ne sont pas les descriptions les plus précises qui sont les plus efficaces parfois. Une simple suggestion peut agir en profondeur sur l'esprit du lecteur et lui laisser le sentiment de connaître un endroit. Par exemple, la maison où est née Marguerite Yourcenar est décrite toute en surface. On comprend pourtant que c'était une maison simple et traditionnelle dans sa conception.

La maison où se passait cet évènement, puisque toute naissance en est un pour le père et la mère et quelques personnes qui leur tiennent de près, se trouvait située au numéro 193 de l'avenue Louise, et a disparu il y a une quinzaine d'années, dévorée par un building. (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux)

Le style peut aussi être plus imagé et nous conduire ainsi à une description plus précise. Un bon écrivain sait changer sa manière de décrire les choses en fonction de l'intention qu'il souhaite mettre en oeuvre dans le texte. Toujours dans le même ouvrage, une autre description, d'un tout autre style :

La route est la même que celle du matin, mais la froide et venteuse fin de journée semble avoir changé le paysage. Les arbres, tantôt si beaux sous leur parure d'or, ne sont plus que des mendiants à qui la bise qui souffle maintenant par saccades arrache leurs derniers haillons. L'ombre des nuages assombrit les champs. (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux)

La description peut être réalisée par le héros plutôt que par un narrateur extérieur. Il n'y a pas de règle. Seule l'intention compte. Le sentiment d'être pris au piège par un personnage est exacerbé par sa vision des lieux.

Il n'y avait pas de porte donnant sur l'extérieur. J'étais enfermé comme une abeille dans un coffre-fort. Par la fenêtre, je ne voyais que d'épais barreaux de fer et le reflet dans les vitres de ma propre silhouette. Un petit escalier raide menait à une soupente où je ne trouvai qu'un vieux lit de fer et quelques malles de bouquins ; c'est tout ce qui restait des paradis artificiels, c'était toute la réalité matérielle de cette fantasmagorie. Là aussi, la lucarne était solidement grillagée. Dehors, il faisait nuit noire. (René Daumal, La grande beuverie)

La description d'un lieu, outre l'atmosphère donnée à une histoire, est un bon moyen d'emmener le lecteur plus loin dans ses rêves. Cela ralentit le rythme de la lecture sans que le récit n'en patisse réellement si on intègre des éléments qui attisent la curiosité du lecteur (qu'on rassasiera plus tard) ou qui répondent à des questions qu'on aura préalablement déposées (discrètement) dans l'esprit du lecteur...

Bonne écriture!

Romain

lundi 23 octobre 2017

Le panestier et le pain-d'épicier, deux artisans du domaine panaire, qui nous accompagnent à table #MotDisparu

Sur la table, on trouve du pain. Celui qui le fabrique, le boulanger, avait autrefois un nom sympathique : le panestier. Il existait aussi un autre nom pour celui qui, de manière particulière, fait le pain d'épice : le pain-d'épicier. L'adjectif qui les relie au monde du pain est panaire. Voilà bien du beau vocabulaire pour saluer votre panestier (ou panestière) préféré!

Nous attendons donc avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme. Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte.

Cette semaine, racontez nous comment vous avez réussi à placer les noms panestier, pain-d'épicier et l'adjectif panaire dans vos conversations courantes (ou vos tweets)... et surtout, envoyez nous tous les termes surannés rencontrés que vous souhaitez voir apparaître dans cette rubrique!

L'équipe des Editions Secrètes

lundi 16 octobre 2017

Impossible de sortir du lit autrement que les cheveux hurlupés, sauf à être une actrice américaine dans un film... #MotDisparu

Aviez-vous remarqué que les actrices américaines, lorsqu'elles sortent du lit, dans les films, sont toujours bien coiffées, quelque soit la nuit qu'elles ont pu passer? Mais pourquoi donc la réalité est si cruelle avec nous et ne nous permet d'être de la même manière, frais et dispos... A moins de dormir la tête suspendue, impossible de ne pas se réveiller les cheveux en bataille. Pour éviter ce vocabulaire guerrier, voici de quoi faire sourire autour de vous. Ne dites plus à votre collègue qu'elle est "coiffée comme l'as de pique" ou à votre conjoint que ces cheveux sont "ébouriffés"... utilisez l'adjectif "hurlupé" pour définir cette coupe de cheveux "nature" et en "désordre" dont nous sommes naturellement affublés le matin. Ce sera original et nettement moins agressif. Voilà bien un mot qui, sans être un compliment, fera sourire!

Nous attendons donc avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme. Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte.

Cette semaine, racontez nous comment vous avez réussi à placer l'adjectif hurlupé dans vos conversations courantes (ou vos tweets)... et surtout, envoyez nous tous les termes surannés rencontrés que vous souhaitez voir apparaître dans cette rubrique!

L'équipe des Editions Secrètes

mardi 10 octobre 2017

Le laboratoire d'écriture : travailler son style #MardiConseil

Le style des écrivains est une formule qui revêt bien des significations en fonction de ceux qui emploient cette expression. Il reflète parfois le genre littéraire : comique, fantastique, absurde, sentimental... Il s'agit là d'une confusion. Le style est la manière dont s'exprime un auteur, c'est-à-dire comment il choisit d'exprimer ses idées, à savoir son vocabulaire et la forme de ces phrases. Le style est la signature d'un écrivain. Son écriture porte la marque de sa personnalité. Le plus simple est de comparer, pour illustration, quelques styles très différents. Les auteurs sont ici choisis pour leur style très contrasté et si caractéristique :

"La tête de Raphaël était devenue livide et creuse comme un crâne arraché aux profondeurs d'un cimetière pour servir aux études de quelque savant. Pauline se souvenait de l'exclamation échappée la veille à Valentin, et se dit à elle-même : Oui, il y a des abîmes que l'amour ne peut pas traverser, mais il doit s'y ensevelir. " (Balzac, La peau de chagrin)

Balzac fait souvent de longues phrases, aux constructions parfois complexes. Ce style d'écriture, assez élaborée, se retrouve souvent dans la littérature du XIXème siècle. Le XXème siècle a vu le style être bouleversé par un auteur qui y a introduit des éléments de langage parlé et un vocabulaire moins conventionnel que celui habituellement rencontré dans la littérature. Il s'agit de Céline.

Lui une seule idée, je savais, il était en retard, son retour!... voici!... donc ça y était... je laisse les autres ficeler, consolider l'édifice... ils étaient je vous ai dit bien trente... cinquante... qu'allaient pousser... et je crois au moins cinq kilomètres à travers Hanovre... les autres qui restaient... plein les plates-formes semblaient pas contents... du tout!... que même ils nous insultaient... (Céline, Rigodon)

On peut comparer ce style très parlé de Céline avec celui, très littéraire, de Marguerite Yourcenar, sa contemporaine, où les mots semblent se combiner entre eux de telle manière qu'on a la sensation de voir apparaître la phrase qui attendait d'être révélée au lecteur :

Dès les premiers temps de leur vie en commun, il s'était choqué de l'entendre dire, comme il lui proposait d'essayer encore une spécialité du Café Riche : "Mais pourquoi? Il reste des légumes." Aimant jouir du moment, quel qu'il fût, il vit là une manière de rechigner à un plaisir qui s'offrait, ou peut-être, ce qu'il détestait le plus au monde, une parcimonie inculquée par une éducation petite-bourgeoise. Il se trompait en ne percevant pas chez Fernande des vélléités d'ascétisme. Le fait reste que, même pour les moins gourmets, les moins gourmands ou les moins goinfres, vivre ensemble c'est en partie manger ensemble. Monsieur et Madame de C. n'étaient pas bons partenaires à tables. (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux)

Comment travailler son style ? En lisant, en lisant beaucoup, uniquement des auteurs français, de styles différents, de toutes les époques. Chacun des écrivains crée une musique particulière dans l'esprit. L'histoire importe parfois peu, ce qui compte, c'est surtout comment on la raconte. A force de côtoyer des styles variés, on apprend à les aimer mieux, à les comprendre. L'école de l'écriture, c'est avant tout la littérature.

Bonne lecture!

Romain


lundi 25 septembre 2017

Avec les vins de qualité, n'hésitons pas à beuvotter #MotDisparu

La richesse des arômes des vins s'évapore dans le palais dès qu'on en boit en quantité. Pour conserver toutes ses capacités gustatives, il importe de consommer avec mesure, ce qui permet ainsi de maximiser le plaisir. Cette manière de boire peu, en petite quantité et avec plaisir est désignée par un verbe précis : beuvotter.

Nous attendons donc avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme. Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte.

Cette semaine, racontez nous comment vous avez réussi à placer le verbe beuvotter dans vos conversations courantes (ou vos tweets)... et surtout, envoyez nous tous les termes surannés rencontrés que vous souhaitez voir apparaître dans cette rubrique!

L'équipe des Editions Secrètes

lundi 18 septembre 2017

Les vins de savigny sont nourrissants, théologiques et morbifuges #MotDisparu

vins.jpeg

"Les vins de savigny sont nourrissants, théologiques et morbifuges" est une formule que l'on peut lire quelque part en France (non, non, nous ne savons pas où...). Si les termes "nourrissants" et "théologiques" ne nous ont posé évidemment aucune difficulté, le mot "morbifuge" nous a intrigués. Sa signification est "qui repousse les maladies." En quelque sorte, boire de ce vin aurait des effets prophylactiques. Même si l'idée est attrayante, nous sommes, de par les dispositions légales, obligés de vous rappeler que l'alcool doit être consommé avec modération. En revanche, en ce qui concerne l'utilisation du terme "morbifuge", il n'aucune restriction d'aucune sorte à propos de son utilisation.

Nous attendons donc avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme. Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte.

Cette semaine, racontez-nous comment vous avez réussi à placer le mot morbifuge dans vos conversations courantes (ou vos tweets)... et surtout, envoyez-nous tous les termes surannés rencontrés que vous souhaitez voir apparaître dans cette rubrique!

L'équipe des Editions Secrètes

lundi 11 septembre 2017

Les apophtegmes invitent à développer la pensée #MotDisparu

Les apophtegmes sont des sentences, maximes ou aphorismes qui ont un caractère solennel et supposent une forme de vérité. Nés dans l'antiquité grecque, l'un des apophtegmes les plus connus est le fameux "Γνῶθι σεαυτόν" de Socrate, idem est "connais-toi toi-même".

Avec le temps, ce mot a pris un côté péjoratif désignant souvent les phrases, d'une banalité touchante, que les adolescents aiment à se répéter pensant faire de la philosophie ou toucher une quelconque sagesse. On peut également l'appliquer, dans ce sens péjoratif, à certaines phrases de héros cinématographiques. A titre d'exemple, voici ce magnifique apophtegme de Maître Yoda, dans la saga "Star Wars" :

Difficile à voir, toujours en mouvement est l'avenir.


Nous attendons donc avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme "Apophtegme". Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte.

L'équipe des Editions Secrètes

mardi 5 septembre 2017

Le laboratoire d'écriture : l'observation, ou comment touver l'inspiration dans la réalité #MardiConseil

Pour accrocher un lecteur, les personnages doivent une personnalité assez marquée. Il n'est pas toujours simple de fabriquer un héros qui ne soit pas le reflet d'un simple "cliché". Ainsi, l'homme parfait qui rencontre la femme parfaite dans le cadre d'une histoire d'amour parfaite en est le plus parfait exemple... Ce scénario est non seulement inintéressant, mais les personnages le seront d'autant plus qu'ils n'ont aucune rugosité. L'aspect lisse d'un personnage le rendra insipide aux yeux du lecteur. Pour éviter cette situation, il aura un caractère particulier et devra surmonter les difficultés de sa personnalité. Parfois, c'est le caractère en lui-même qui sera le nœud principal de l'histoire. Ainsi, on peut penser à Julien Sorel et son ambition dévorante dans "Le Rouge et le Noir" de Stendhal, ou encore à Emma Bovary et son romantisme exacerbé dans "Madame Bovary" de Flaubert. Il faut donc s'interroger : comment fabriquer un personnage crédible ?

La première qualité à développer, pour toute personne qui se lance dans une démarche d'écriture, est celle de l'observation du monde qui l'entoure. Cette technique n'est d'ailleurs pas spécifique à l'écriture, elle est également utilisée dans le théâtre pour les acteurs, dans le dessin ou la sculpture pour les artistes des arts figuratifs. Bref, tous ceux qui ont vocation à recréer la vie dans l'art... Il s'agit de développer un état d'esprit permanent pour observer les gens qui évoluent autour de nous. Ce peut être des amis ou la famille, ou tout simplement les personnes qui déambulent dans les rues ou qui se rencontrent aux restaurants. Il faut observer leurs attitudes corporelles et essayer de deviner leur état d'esprit, leur caractère... Tant que faire se peut, n'hésitez pas à vous observer vous-même et à essayer de comprendre comment votre propre caractère peut vous jouer des tours ! Ecrire, c'est avant tout tenter de comprendre le monde.

Une fois ce travail d'observation réalisé, la méthode consiste à se donner une liste des choses impossibles à réaliser pour la personne qu'on a observée. Cela permet de mieux dessiner sa personnalité et de vérifier la compréhension qu'on a d'elle. Parfois, lorsqu'on se retrouve dans une impasse de scénario, il suffit de trouver une action impossible à réaliser pour un personnage et de créer une situation dans laquelle il est contraint de la faire. Ce dilemme cornélien est un bon moteur pour débloquer une histoire ou pour ajouter des péripéties intermédiaires. Pour bien comprendre ce mécanisme, il faut donc commencer par observer autour de soi afin de conserver la crédibilité du personnage.

En conclusion, le petit exercice de cette semaine sera de réaliser des petites descriptions de personnes autour de vous en dressant leurs principaux traits de caractères et en essayant d'y associer des situations impossibles à vivre pour elles.

Bonne observation!

Romain

- page 1 de 8