Mot-clé - roman libertin

Fil des billets

mardi 21 mars 2017

"La philosophie dans le boudoir", Marquis de Sade #chronique

Titre : La philosophie dans le boudoir
Auteur : Marquis de Sade
Date de la première parution : 1795

Il y a des auteurs qui sentent le soufre, des livres qui fleurent bon l'interdit... Et il y a la réunion des deux dans l’œuvre du Marquis de Sade. Parmi ses ouvrages, l'un d'entre eux, est révélateur de ses idées : la philosophie dans le boudoir. Dans cet opus, on rencontre Eugénie qui vient se faire initier aux joies de l'amour. Bien évidemment, ce dernier terme est utilisé dans son sens le plus pragmatique. La notion de l'amour "romantique" tel que nous le concevons actuellement est une invention récente. Du temps du Marquis de Sade, il n'y avait pas de conception amoureuse autre que physique. Le texte présente évidemment un nombre de luxures variant de la plus sobre à la plus choquante. Âme sensible s'abstenir !

Au-delà des "divertissements amoureux", Dolmancé, le personnage principal, se livre à une véritable critique de la société et de ses mécanismes. Il prône l'athéisme, l'égalité entre les sexes et la contraception comme étant la clef de la libération de la femme... Autant de thèmes modernes qui, pour certains passages, n'ont plus l'aspect choquant qu'ils pouvaient avoir en leur temps.

Cet autre versant du libertinage, moins connu, était pourtant l'un des plus importants : la critique sociale. En 1795, mettre une femme sur un pied d'égalité avec les hommes était une hérésie. N'oublions pas que, dans les salons, les femmes "savantes" dissertaient intelligemment sur le fait qu'il ne fallait pas laisser le droit de vote aux femmes, trop soumises à leurs passions et incapables de raisonner...

Lire le Marquis de Sade nous permet d'appréhender les progrès réalisés dans notre société, mais également de mesurer parfois l'étendue des limitations actuelles de nos libertés. Si les rapports sexuels dévergondés abondent dans son œuvre, n'était-ce pas pour déguiser de manière choquante des propos qui étaient tout simplement intolérables pour son époque ?

En tout cas, une chose est sûre : le Marquis de Sade n'a pas fini de faire parler de lui. Ses conceptions le rendent bien plus modernes que ce que nous sommes prêts à accepter dans notre société.

Bonne (re)découverte!

Romain

mardi 16 février 2016

"La philosophie dans le boudoir", Marquis de Sade #chronique

Titre : La philosophie dans le boudoir
Auteur : Marquis de Sade
Date de la première parution : 1795

Il y a des auteurs qui sentent le soufre, des livres qui fleurent bon l'interdit... Et il y a la réunion des deux dans l’œuvre du Marquis de Sade. Parmi ses ouvrages, l'un d'entre eux, est révélateur de ses idées : la philosophie dans le boudoir. Dans cet opus, on rencontre Eugénie qui vient se faire initier aux joies de l'amour. Bien évidemment, ce dernier terme est utilisé dans son sens le plus pragmatique. La notion de l'amour "romantique" tel que nous le concevons actuellement est une invention récente. Du temps du Marquis de Sade, il n'y avait pas de conception amoureuse autre que physique. Le texte présente évidemment un nombre de luxures variant de la plus sobre à la plus choquante. Âme sensible s'abstenir !

Au-delà des "divertissements amoureux", Dolmancé, le personnage principal, se livre à une véritable critique de la société et de ses mécanismes. Il prône l'athéisme, l'égalité entre les sexes et la contraception comme étant la clef de la libération de la femme... Autant de thèmes modernes qui, pour certains passages, n'ont plus l'aspect choquant qu'ils pouvaient avoir en leur temps.

Cet autre versant du libertinage, moins connu, était pourtant l'un des plus importants : la critique sociale. En 1795, mettre une femme sur un pied d'égalité avec les hommes était une hérésie. N'oublions pas que, dans les salons, les femmes "savantes" dissertaient intelligemment sur le fait qu'il ne fallait pas laisser le droit de vote aux femmes, trop soumises à leurs passions et incapables de raisonner...

Lire le Marquis de Sade nous permet d'appréhender les progrès réalisés dans notre société, mais également de mesurer parfois l'étendue des limitations actuelles de nos libertés. Si les rapports sexuels dévergondés abondent dans son œuvre, n'était-ce pas pour déguiser de manière choquante des propos qui étaient tout simplement intolérables pour son époque ?

En tout cas, une chose est sûre : le Marquis de Sade n'a pas fini de faire parler de lui. Ses conceptions le rendent bien plus modernes que ce que nous sommes prêts à accepter dans notre société.

Bonne (re)découverte!

Romain