Mot-clé - justice

Fil des billets

mardi 12 juillet 2016

"La religieuse" - Denis Diderot #Chronique #MardiConseil

Titre La religieuse
Auteur Denis Diderot
Date de la première parution 1796

Il y a bien des manières de traiter un thème. Dans ce petit roman, Denis Diderot choisit d'évoquer, de manière anticléricale, la vie dans les cloîtres à la fin du XVIIIème siècle. Ce roman, édité postérieurement après sa mort, semble être relié à une histoire réelle qui aurait été vécue par une sœur. Cette dernière, enfant illégitime, avait été emmenée par sa mère dans un couvent. La jeune femme en avait fait appel à la justice pour avoir le droit de rompre ses vœux, ce qui ne lui avait pas été accordé.

Dans le roman, Suzanne Simonin est une fille illégitime. Sa mère, rongée de culpabilité et souhaitant "se faire racheter" son salut, oblige sa fille à prendre le voile. L'entrée au couvent commence bien et la jeune Suzanne y trouve sa place. Néanmoins, la mère supérieure décède et est remplacée. Souhaitant rompre ses vœux, Suzanne a intenté un procès à la communauté. La mère supérieure choisit alors de faire vivre un vrai calvaire à la jeune femme...

Plutôt que de présenter les choses sous un angle rationnel et philosophique, Denis Diderot rédige un texte magistral où l'histoire, l'enchaînement des scènes et les sentiments de la jeune sœur procurent des émotions permanentes au lecteur et lui insuffle un sentiment d'injustice. On souffre pour elle : on se révolte intérieurement en alternant colère et empathie. Fatalement, on en conclut que tout fanatisme peut conduire à la destruction des êtres. Cette mise en garde que nous adresse Denis Diderot à travers les âges reste, malheureusement, toujours d'actualité.

Bonne lecture!

Romain

mardi 12 avril 2016

"Apologie de Socrate", Platon #chronique

Titre: Apologie de Socrate
Auteur: Platon
Publication: IVème siècle avt JC

L'apparition, dans cette chronique littéraire, d'un ouvrage philosophique pourrait surprendre. Néanmoins, le style employé par Platon pour retracer le procès de Socrate est assez singulier. En effet, à l'exception de trois ou quatre répliques extérieures, le texte est un long monologue de Socrate. Ne serait-ce que pour cette unique raison de style, il nous semblait que ce livre pouvait prendre part dans cette chronique. Cette précision étant apportée, de quoi s'agit-il ?

socrate.jpg

Socrate, un des philosophes grecs les plus célèbres de l'histoire, avait une manie assez étrange. Il n'écrivait pas de livre : il préférait discuter avec différentes personnes rencontrées dans la rue afin d'éprouver sa méconnaissance des sciences et des affaires du monde. Persuadé qu'il ne savait rien, il restait dubitatif face à la déclaration de l'oracle de Delphes : "Socrate est le plus savant des hommes." Il se rendait donc près des plus illustres spécialistes de son temps et leur posait des questions sur leur art. Ces derniers, au terme d'un dialogue reproduit par Platon, se retrouvaient confondus dans leurs propres contradictions. Immanquablement, chacun de ses dialogues est l'occasion de découvrir une méthode d'exploration philosophique sur différents thèmes... Aujourd'hui, ses dialogues pourraient trouver place dans une collection que j'intitulerais volontiers "la philosophie en s'amusant." Or, au froncement des sourcils du lecteur circonspect que j'imagine en train de me lire, je me permets d'ajouter que le terme "en s'amusant" n'est pas galvaudé, tant l'humour est présent chez Socrate. Inévitablement, ses interlocuteurs finissaient humiliés.

Après plusieurs années passées à commercer avec le "tout-venant spécialisé", Socrate finit par générer des inimitiés particulièrement fortes dans la population. Il en résulta une double accusation d'un certain Mélétos :

  • Socrate ne croit pas aux dieux d'Athènes;
  • Socrate corrompt la jeunesse;


Ces accusations - très graves pour l'époque - seront examinées par 500 juges. "L'apologie de Socrate" retrace sa défense ("apologie" en grec ancien traduit le fait de se défendre d'une accusation) et sa condamnation. Ce texte, outre ses qualités historiques et philosophiques, nous place dans la situation des juges. La distinction des différentes parties nous permet de prendre le temps de décider si les accusations contre Socrate sont fondées ou non. On prend ensuite connaissance de ce qu'ont décidé les juges. Au-delà de l'humour développé par Socrate pendant son procès, beaucoup d'émotions transparaissent.

Ce livre, très court au demeurant, est incontournable pour qui veut découvrir une figure mythique de la philosophie antique et revivre les minutes palpitantes d'un des plus grands procès de l'Histoire. Bonne lecture!

Romain