Mot-clé - jeu

Fil des billets

mardi 12 janvier 2016

"Le joueur" de Fiodor Dostoïevski #chronique

Titre : Le Joueur

Auteur : Dostoïevski

Date de la première parution : 1866

Le_joueur_Doto.jpg

A la question "qui est le héros?", j’ai tout de suite envie de répondre Dostoïevski, lui-même. En effet, l’histoire est largement autobiographique. Le contexte d’écriture est un jeu. La livraison de ce roman comportait une clause, qui a poussé l’auteur à dicter son roman et à le rendre en 27 jours. Passé ce délai, l’éditeur aurait récupéré l’ensemble des œuvres de Dostoïevski pendant 9 ans sans rien verser à l’écrivain. Faut-il être « Joueur » pour signer un tel contrat !?

Dostoïevski était un joueur passionné, pour ne pas dire compulsif. Il en est de même pour le narrateur, Alexeï Ivanovitch. L'auteur livre ici une analyse subtile quant à l'addiction au jeu dont le héros et l'écrivain lui-même ne peuvent se défaire. Autre ressemblance autobiographique: l'amour. L'amour est un sujet sur lequel les ressemblances entre la vie de l'auteur et du héros sont flagrantes: l'un était amoureux de Pauline Souslova et l'autre d'une Paulina, décrite comme une jeune et belle jeune femme dans l'oeuvre.

Ce roman, bien qu’écrit dans la précipitation, fut l’occasion pour Dostoïevski de faire la satire d’une Europe qu’il trouvait opportuniste et avide d’argent. Par la même occasion de vanter les mérites du peuple russe qu’il trouve bien plus passionné que les français ou les allemands. Ce qui mérite d’être relevé, quand on songe qu’il a écrit ce roman en pleine crise de jeu, une addiction qu’il qualifiait lui-même de maladie, c'est que l'auteur écrit à la fois sur sa vie mais également sur la société qui l'entoure.

En bref, si vous voulez redécouvrir toute l’outrance du peuple russe au 19ème siècle, je vous invite vivement à ouvrir ou ré-ouvrir Le Joueur de Dostoïevski et de vous plonger dans un style romanesque hors du commun.

Bonne lecture,

Natalie