Mot-clé - classique

Fil des billets

mardi 12 juillet 2016

"La religieuse" - Denis Diderot #Chronique #MardiConseil

Titre La religieuse
Auteur Denis Diderot
Date de la première parution 1796

Il y a bien des manières de traiter un thème. Dans ce petit roman, Denis Diderot choisit d'évoquer, de manière anticléricale, la vie dans les cloîtres à la fin du XVIIIème siècle. Ce roman, édité postérieurement après sa mort, semble être relié à une histoire réelle qui aurait été vécue par une sœur. Cette dernière, enfant illégitime, avait été emmenée par sa mère dans un couvent. La jeune femme en avait fait appel à la justice pour avoir le droit de rompre ses vœux, ce qui ne lui avait pas été accordé.

Dans le roman, Suzanne Simonin est une fille illégitime. Sa mère, rongée de culpabilité et souhaitant "se faire racheter" son salut, oblige sa fille à prendre le voile. L'entrée au couvent commence bien et la jeune Suzanne y trouve sa place. Néanmoins, la mère supérieure décède et est remplacée. Souhaitant rompre ses vœux, Suzanne a intenté un procès à la communauté. La mère supérieure choisit alors de faire vivre un vrai calvaire à la jeune femme...

Plutôt que de présenter les choses sous un angle rationnel et philosophique, Denis Diderot rédige un texte magistral où l'histoire, l'enchaînement des scènes et les sentiments de la jeune sœur procurent des émotions permanentes au lecteur et lui insuffle un sentiment d'injustice. On souffre pour elle : on se révolte intérieurement en alternant colère et empathie. Fatalement, on en conclut que tout fanatisme peut conduire à la destruction des êtres. Cette mise en garde que nous adresse Denis Diderot à travers les âges reste, malheureusement, toujours d'actualité.

Bonne lecture!

Romain

mardi 5 juillet 2016

"Les lettres persanes" - Montesquieu #Chronique

Titre Les lettres persanes
Auteur Montesquieu
Date de la première parution 1721

Beaucoup d'ouvrages "classiques" sont devenus des icônes de la littérature. Certains en raison de leur intemporalité, d'autres en raison de leurs critiques sociales ou politiques d'une certaine époque. "Les lettres persanes" est un ouvrage à part : il réunit ces deux qualités. Néanmoins, pour le lecteur moderne, le curseur s'est déplacé et nos centres d'intérêts ont divergé du lecteur de l'époque. On lit aujourd'hui les lettres persanes, d'abord pour ce style merveilleusement bien écrit, mais également pour ces mœurs qui nous intriguent, de ces êtres du XVIIIème siècle, qu'ils soient français, italiens ou encore perses.

Usbek est un homme de bonne catégorie sociale et part découvrir le monde. Son existence semble dorée : amis, palais, sérail avec de nombreuses épouses, argent... Tout lui sourit et, pourtant, il se lance dans une aventure téméraire pour mieux connaître le monde. On suivra ses pérégrinations à travers ses échanges épistolaires. Les lettres nous informent de la vie du sérail et de l'importance de l'eunuque dans ce microcosme particulier. En soi, pour cette partie de l'ouvrage, il y a une analyse intéressante à la fois de la psychologie des épouses qui écrivent tour à tour, confrontée au point de vue de l'eunuque qui les "garde."

Un autre aspect intéressant, certainement celui qui a fait la notoriété des "lettres persanes" dès le départ, est celui de la découverte de la société occidentale à travers les yeux de Usbek. Son regard oriental lui permet de décrire cet univers avec une innocence "acide" qui rend toutes les descriptions très particulières. Ceci nous montre en miroir notre propre société...

Enfin, et c'est l'apport le plus important de ce livre me semble-t-il, par ce jeu de la "découverte" auquel nous convie Montesquieu, nous apprenons le relativisme culturel. Cet enseignement peut paraître désuet dans notre monde de tolérance. Toutefois, ce livre questionne notre "tolérance" à l'égard de toute culture. N'est-elle pas plutôt une indifférence née de la facilité à laquelle tout nous est accessible par les nombreuses technologies de notre monde moderne ? En fait, la vraie question est celle de l'émerveillement. Ne sommes-nous pas en train de perdre notre capacité à être surpris par une autre culture ? Le métissage des différentes cultures, processus inéluctable de la globalisation de notre univers, n'est-il pas également un anéantissement de notre capacité à penser "l'étranger" ?

Pour toutes ces raisons, je ne peux que vous recommander cet ouvrage qui reste, malgré son âge, un très beau moment de lecture et une belle leçon d'écriture, si ce n'est de philosophie.

Bonne lecture!

Romain

mardi 28 juin 2016

"La messe de l'athée", Honoré de Balzac #chronique

phmesse1.jpg

Titre La messe de l'athée
Auteur Honoré de Balzac
Date de la première parution 1836

Le contexte de ce texte court est assez particulier. Il a été conçu, écrit et imprimé en une nuit pour un journal dont Balzac venait de devenir propriétaire. Toutefois, cette rapidité d'écriture ne laisse en rien la qualité sur le côté. De nombreuses analogies agrémentent le texte et lui donnent beaucoup de profondeur.

Pour ce qui est de l'histoire, elle est assez simple. Elle relate la vie d'un grand chirurgien, Desplein, complètement athée, à travers les yeux de son étudiant et ami Bianchon. Ce dernier découvre son maître entrant dans une chapelle, seul, écouter une messe pour la Sainte-Vierge. Si l'édifice religieux avait été bondé de croyants, il aurait pu comprendre que son maître, irréligieux au possible, se plie à quelque convention sociale. Or, dans le cas présent, il s'agit d'une chapelle déserte où le prêtre et Desplein sont les deux seuls représentants du genre humain. Intrigué, Bianchon mène son enquête.

Comme souvent dans ses textes, Balzac nous transporte d'une analyse psychologique de personnage à une critique sociale, sans que nous puissions nous en rendre compte. Ne parler que de ces traits caractéristiques de sa manière d'aborder les histoires ne serait pas rendre juste au regard de la charge émotionnelle qui peut être développée par ailleurs. En effet, lorsqu'on découvre les raisons pour lesquelles ce chirurgien se rend dans une chapelle, impossible de rester insensible. Assurément, le texte est si parfaitement équilibré que les émotions montent en intensité de manière invisible. Balzac est un grand auteur, avec une maîtrise de l'écriture telle que ces livres devraient trôner sur le chevet de tous les passionnés d'écriture.

Bonne lecture!

Romain

mardi 24 mai 2016

"Le Tour du monde en quatre-vingts jours", Jules Verne #Chronique #MardiConseil

Titre: Le tour du monde en 80 jours
Auteur: Jules Verne
Première publication: 1872

Jules.jpeg

Est-il seulement nécessaire de vous faire un résumé de ce classique de la littérature française ? Philéas Fogg, gentleman anglais au flegme légendaire, décide de faire le tour du monde en quatre-vingts jours, afin de prouver à son "Reform-club" que cela est possible. Une question d'honneur, comprenez bien! Suivi de son valet, ce pur British nous fera vivre des aventures incroyables.

« Donc, ajouta-t-il en consultant un calendrier de poche, puisque c'est aujourd'hui mercredi 2 octobre, je devrai être de retour à Londres, dans ce salon même du Reform-Club, le samedi 21 décembre, à huit heures quarante-cinq du soir, faute de quoi les vingt mille livres déposées actuellement à mon crédit chez Baring frères vous appartiendront de fait et de droit, messieurs. »

Un des éléments qui a attiré mon attention dans cet ouvrage est la construction des personnages. Chacun d'entre eux possède une identité et une psychologie propre et reste cohérent du début à la fin. Prenons l'exemple de Philéas Fogg qui m'a semblé être un métronome vivant durant tout le voyage, tandis que Passepartout, lui, est un homme simple qui arrive à se sortir de toutes les situations. Nous rencontrons bien d'autres personnages au fil des aventures, tous aussi uniques les uns que les autres.

Retards, désagréments, imprévus... Tout s'enchaîne à un rythme endiablé ponctué d'humour et d'ingéniosité. Le voyage ne laisse pas une minute aux personnages pour visiter les lieux. C'est donc Jules Verne qui décrit magnifiquement les paysages, coutumes locales et autres détails, permettant aux lecteurs de s'imprégner entièrement du périple.

En effet, remettons l'ouvrage dans son contexte historique : fin du XVIIIe siècle, c'est le début de la Révolution industrielle lorsque « Le Tour du monde en 80 jours » est publié. Grâce à une solide documentation, Jules Verne a su retranscrire la notion de voyage tout le long du livre. Force est de constater qu'il est plus simple de voyager de nos jours qu'à l'époque de Jules Verne. Alors vous me direz que ce classique est un peu dépassé, voire obsolète... Eh bien ne vous y trompez pas! L'ouvrage n'est-il pas un merveilleux retour dans le temps ?

J'ai pris énormément de plaisir à lire ce roman d'aventure et je le conseille à toutes les personnes aimant ce type de roman.

Bonne lecture!

Pauline

jeudi 19 mai 2016

Citation du jeudi #citation

"Ce que nous appelons destin provient des hommes et ne vient pas de l'extérieur." Rainer Maria Rilke #Citation

mardi 26 avril 2016

"Oedipe Roi" de Sophocle #chronique

Titre: « Oedipe Roi »
Auteur: Sophocle

Lire les tragédies grecques peut sembler décalé aujourd'hui. Toutefois, leur sens majestueux du malheur les rend incontournables. Tous les grands thèmes sont nés dans ces pièces de théâtre. C'est pourquoi tous les grands auteurs se sont directement inspirés de ces dernières ou les ont étudiées afin d'en découvrir les arcanes secrets.

Parmi les grands auteurs grecs, trois d'entre eux nous ont laissé des pièces dont les noms des personnages sont restés gravés dans l'histoire de la littérature : Agamemnon, Antigone, Electre, Œdipe, Oreste ou encore Phèdre... Chaque personnage est détenteur d'un conflit philosophique ou moral attaché à son nom.

Il faut préciser que ces grands tragédiens grecs (Eschyle, Euripide et Sophocle) ont été vainqueurs de nombreuses fois des concours de tragédies. Les auteurs étaient jugés sur leur capacité à retarder le dénouement de la pièce et à enfermer le héros dans des machinations inattendues. Chacun de ces trois auteurs en a écrit environ une centaine. Beaucoup de ces dernières ont malheureusement disparu avec le temps. En se plaçant dans le contexte historique, il faut prendre en compte que le public allait voir le spectacle en connaissant déjà l'histoire complète (ce qui n'est plus forcément le cas du spectateur d'aujourd'hui).

"Oedipe Roi" est l'une des grandes tragédies de Sophocle. L'histoire est simple : Jocaste et Laïos ont un enfant. Ils consultent l'oracle qui leur indique que cet enfant tuera son père et épousera sa mère. Dès lors, la décision est prise de le faire disparaître. Mais l'enfant survit et est élevé loin de ses parents. Lorsqu'il a grandi, il consulte l'oracle qui lui annonce cette terrible prophétie. Il quitte donc ceux qu'il pense être ses parents pour empêcher la réalisation de la prédiction. De fil en aiguille, il se retrouve à Thèbes, la ville dirigée par Jocaste et Laïos, son père qui a été tué par un vagabond. Thèbes fait alors l'objet d'une malédiction. Le Sphinx pose une question et tue celui qui ne sait répondre à ses questions. Œdipe tente sa chance et réussit l'épreuve. Il est acclamé et fait roi de Thèbes. Il épouse donc Jocaste en récompense. La pièce débute bien des années plus tard, lorsque la vie d’Œdipe est bien entamée et qu'il règne depuis longtemps sur Thèbes... Un terrible fléau s'est à nouveau abattu sur la ville à cause d'un criminel. Ce dernier doit la quitter pour permettre à la cité de retrouver sa sérénité. Œdipe, en bon roi, recherche le coupable...

Cette tragédie retrace les différentes étapes de la prise de conscience de la réalisation de la prophétie. Les dialogues sont menés de main de maître, rédigés avec une maîtrise parfaite de l’ambiguïté. L'horreur de la situation est telle que Sophocle n'a pas besoin d'appuyer sur les sentiments des personnages. Il nous déroule sans artifice le fil de l'histoire. C'est simple et sobre, ce qui rend le tout terriblement efficace sur le plan dramatique.

Pour ceux qui sont intéressés par le théâtre et les tragédies grecques, deux livres d'études sont également recommandés :

  • La naissance de la tragédie de Nietzsche;
  • La tragédie grecque de Jacqueline de Romilly;


Bonne lecture!

Romain

jeudi 7 avril 2016

Citation du jeudi #citation

"L'essentiel n'est pas de vivre, mais de bien vivre." Platon #Citation

mardi 5 avril 2016

"Sinouhé l'égyptien" Mika Waltari #chronique

Titre: Sinouhé l'égyptien
Auteur: Mika Waltari
Publication: 1945

Mika Waltari est un écrivain majeur de Finlande. Il est l'auteur d'une oeuvre importante et variée, néanmoins c'est le roman "Sinouhé l'égyptien" qui lui donnera sa renommée internationale.

Cet ouvrage est un roman historique sur les mondes méditerranéens à l'époque d'Aménophis IV. Plongé dans le quatorzième siècle avant Jésus-Christ, le lecteur suivra le parcours d'un médecin égyptien qui traversera toutes les strates de la société d'alors et verra émerger sous ses yeux le culte d'Aton. Exerçant également la fonction d'espion pour le pharaon, il nous permet de découvrir de l'intérieur d'autres civilisations concurrentes de cette époque.

Outre les aspects historiques, maintes fois salués par les égyptologues, ce roman est d'abord une aventure passionnante qui mêle amour et aventure. Il s'agit d'un roman incroyable qui ne laissera pas les passionnés de l'Egypte indifférents.

A découvrir!

Romain

mardi 8 mars 2016

"L'Odyssée", Homère #chronique

Titre : L'Odyssée
Auteur : Homère
Date de la première parution : Indéterminée

A la fin de la guerre de Troie, Ulysse prend le chemin du retour vers sa maison où l'attend patiemment, Pénélope, sa femme. Cette dernière est entourée de prétendants, mais malgré le temps qui passe, elle garde confiance dans le retour de son époux. Pour les faire patienter, elle leur a indiqué qu'elle en choisirait un lorsqu'elle aurait terminé sa tapisserie. Chaque jour ses différents prétendants se pressent autour d'elle pour voir avancer l'ouvrage. Or, pour retarder ce moment, elle défaisait la nuit ce qu'elle avait tissé le jour. D'où l'expression "toile de Pénélope" pour désigner une action qui n'a pas de fin. Elle est devenue le symbole de la femme fidèle.

Dans cette Odyssée, Ulysse rencontrera bien des obstacles à surmonter et qui sont à l'origine de beaucoup de mythes : le cyclope, les sirènes, les cimmériens... Ces êtres merveilleux prennent vie dans le récit d'Ulysse. L'importance de ce poème dans la littérature se fait encore sentir aujourd'hui et nombreux sont ceux qui puisent dans ce mythe des éléments d'inspiration.

Contrairement à l'Iliade, où les batailles étaient fort présentes, l'Odyssée est un voyage plus intérieur où on apprend à mieux découvrir la personnalité d'Ulysse et des siens. Véritablement envoûtant, ce voyage nous transporte littéralement dans un autre univers qui rivalise avec ceux des meilleurs auteurs d'Heroic Fantasy. Le retour d'Ulysse chez lui, après s'être absenté pendant 20 années, lui réserve bien des surprises malgré tout...

Bonne lecture!

Romain

mardi 12 janvier 2016

"Le joueur" de Fiodor Dostoïevski #chronique

Titre : Le Joueur

Auteur : Dostoïevski

Date de la première parution : 1866

Le_joueur_Doto.jpg

A la question "qui est le héros?", j’ai tout de suite envie de répondre Dostoïevski, lui-même. En effet, l’histoire est largement autobiographique. Le contexte d’écriture est un jeu. La livraison de ce roman comportait une clause, qui a poussé l’auteur à dicter son roman et à le rendre en 27 jours. Passé ce délai, l’éditeur aurait récupéré l’ensemble des œuvres de Dostoïevski pendant 9 ans sans rien verser à l’écrivain. Faut-il être « Joueur » pour signer un tel contrat !?

Dostoïevski était un joueur passionné, pour ne pas dire compulsif. Il en est de même pour le narrateur, Alexeï Ivanovitch. L'auteur livre ici une analyse subtile quant à l'addiction au jeu dont le héros et l'écrivain lui-même ne peuvent se défaire. Autre ressemblance autobiographique: l'amour. L'amour est un sujet sur lequel les ressemblances entre la vie de l'auteur et du héros sont flagrantes: l'un était amoureux de Pauline Souslova et l'autre d'une Paulina, décrite comme une jeune et belle jeune femme dans l'oeuvre.

Ce roman, bien qu’écrit dans la précipitation, fut l’occasion pour Dostoïevski de faire la satire d’une Europe qu’il trouvait opportuniste et avide d’argent. Par la même occasion de vanter les mérites du peuple russe qu’il trouve bien plus passionné que les français ou les allemands. Ce qui mérite d’être relevé, quand on songe qu’il a écrit ce roman en pleine crise de jeu, une addiction qu’il qualifiait lui-même de maladie, c'est que l'auteur écrit à la fois sur sa vie mais également sur la société qui l'entoure.

En bref, si vous voulez redécouvrir toute l’outrance du peuple russe au 19ème siècle, je vous invite vivement à ouvrir ou ré-ouvrir Le Joueur de Dostoïevski et de vous plonger dans un style romanesque hors du commun.

Bonne lecture,

Natalie

- page 3 de 4 -