Mot-clé - classique

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 4 mai 2017

Citation du jeudi #Citation

"Il n'y a pas de génie sans un grain de folie." Aristote #Citation

mardi 2 mai 2017

"Lettres à un jeune poète", Rainer Maria Rilke #Chronique #MardiConseil

Titre: « Lettres à un jeune poète »
Auteur: Rainer Maria Rilke

Rainer Maria Rilke est un homme de lettres qui fut poète, écrivain et dramaturge. Parmi toutes les œuvres publiées, l'une d'entre elles est un peu à part et jouit d'une notoriété toute particulière : les lettres à un jeune poète. Il s'agit de la publication d'une partie de sa correspondance avec un jeune officier militaire qui lui demandait de lui indiquer si sa poésie était bonne. Le jeune homme, en effet, doute, après avoir essuyé quelques refus de publication par des revues littéraires.

Rainer Maria Rilke lui répondra qu'il est nécessaire de comprendre d'où vient son désir d'écriture. A travers cette réponse développée de différentes manières, il nous entraîne dans une réflexion universelle sur le principe même de la création artistique. Au-delà de cette concrétisation de l'homme dans des formes artistiques, Rainer Maria Rilke parle à notre âme et nous montre le chemin vers celui du développement intérieur.

Ce livre, très court, se lit avec plaisir. Il y a un côté à la fois voyeur et confident dans cet ouvrage où le lecteur se laisse prendre facilement par ce jeu de réponses à des questions qu'il pressent comme siennes, rapidement nous ne sommes plus le lecteur mais bien l'interlocuteur auquel répond Rainer Maria Rilke. Un ouvrage indispensable dans toute bibliothèque. Bonne lecture!

Romain

jeudi 30 mars 2017

Citation du jeudi #citation

"Il ne vaut pas la peine de vivre si l'on n'a pas un bon ami." Démocrite #citation

mardi 31 janvier 2017

"Le père Goriot", Honoré de Balzac #Chronique #Mardiconseil

Titre: Le père Goriot
Auteur : Honoré de Balzac

Balzac-le-pere-Goriot-rastignac.png

Tout au long de la Comédie Humaine, Balzac nous présente des situations de vie et des personnages, mêlant analyse psychologique et intrigues fortes. "Le père Goriot" est un des romans les plus sensibles de cette longue série. Bien que dépeignant une situation du XIXème siècle, ce roman reste d'actualité par les thèmes universels et actuels qui y sont abordés : l'amour paternel, le Temps, le sens de la vie, l'insouciance de la jeunesse.

Le père Goriot, veuf, vit dans la pension de Madame Vauquer. Un lieu où se trouvent être de nombreuses personnalités aux aspirations et fortunes diverses. Père de deux filles, il sacrifie tout ce qu'il a pour ces dernières. Bien qu'elles soient "bien" mariées (à moins qu'il ne faille dire "parce que"), elles ne lui manifestent qu'un intérêt limité à leur besoin.

Avec une grande sensibilité, Balzac nous mène à travers ce roman dans une réflexion amère sur notre propre destinée. Au XXIème siècle, dans un monde où les cultes de la jeunesse et de la beauté ont pris le dessus sur ceux de la sagesse et de l'expérience, où les pensions de retraite sont devenues un sujet récurrent d'actualité, ce roman nous met en garde contre une certaine vision de la société.

La lente déchéance du père Goriot, qui trouvera pourtant du soutien dans son entourage immédiat, nous écrase de sympathie et de tristesse. Le symbolisme de la pension Vauquer, image de la société, où le fait de vivre dans tel ou tel appartement est corrélatif avec la fortune et le rang social, donne à ce roman une noblesse et une puissance inégalées et inégalables. Pierre fondamentale dans l'édifice de la littérature mondiale, ce roman est incontournable pour découvrir Balzac. J'espère que vous prendrez autant de plaisir que j'ai eu à le lire (et à le relire) !

Bonne lecture !

Romain

mardi 24 janvier 2017

"Madame Bovary", Gustave Flaubert #Chronique #MardiConseil

Titre: Madame Bovary
Auteur : Gustave Flaubert

« Il s'était tant de fois entendu dire ces choses, qu'elles n'avaient pour lui rien d'original. Emma ressemblait à toutes les maîtresses ; et le charme de la nouveauté, peu à peu tombant comme un vêtement, laissait voir à nu l'éternelle monotonie de la passion, qui a toujours les mêmes formes et le même langage. »

Emma, fille d'un riche fermier, a grandi au couvent. Sa jeunesse est rythmée par des ouvrages au romantisme exacerbé. Elle rêve d'un amour pur, d'un amour merveilleux. Cependant, les choses ne se passent pas comme elle le souhaitait. Mariée à Charles, petit médecin, Emma déchante. Pour échapper à cette vie monotone, la jeune femme succombera à plusieurs vices.

Dans cette œuvre majeure de la littérature française, Flaubert dénonce les dangers du rêve qui dénature la réalité. Plongée dans ses idéaux impossibles, Emma gâche sa vie, ne sachant profiter des bonheurs que la vie lui offre: un mari aimant, une petite fille, une vie tranquille. L'état émotionnel de la jeune femme donnera naissance à un nouveau mot dans la langue française: le bovarysme.

Flaubert fait de « Madame Bovary » une critique sociale de la petite bourgeoisie locale. Les traits des personnages sont caricaturés afin de mieux savourer leurs faiblesses. L'histoire est rythmée par de multiples rebondissements, ce qui la rend passionnante. L'écriture, fluide, et les descriptions comiques de certaines situations nous entraînent dans une lecture agréable.

Œuvre classique que j'avais partiellement étudiée pendant mes études « Madame Bovary » ne m'avait cependant pas, à l'époque, donné l'envie de poursuivre ma lecture. Plusieurs années ont passé, un ami m'a insufflé l'envie de reprendre l'ouvrage. A la fin de ma lecture, j'ai regretté de ne pas l'avoir lu plus tôt. Si vous ne le connaissez pas, à votre tour de le lire !

« Vous profitez impudemment de ma détresse, monsieur ! Je suis à plaindre, mais pas à vendre ! »

Bonne lecture !

Pauline

mardi 22 novembre 2016

"Le roman de Renart" #Chronique #MardiConseil

Titre : Le roman de Renart
Auteur : Anonymes

"Le roman de Renart" est un texte médiéval qui reprend toute une série de petites histoires, qui pourraient être contées, concernant Maître Renart. Cet ouvrage est clairement dans la lignée des fables d'Esope (ou de la Fontaine) mettant en scène des animaux pour caricaturer les archétypes des personnalités humaines.

Ce coquin de Renard se joue en permanence de son comparse le loup Ysengrin. Toutes ses farces sont ingénieuses. Mais parfois, il tombe dans son propre piège : "tel est pris qui croyait prendre", notamment lorsqu'il cherche à attraper des gélines ou Chantecler le coq.

Le texte est parfois un peu moralisateur, mais c'est l'esprit de farce qui domine largement. Il existe plusieurs versions de ce texte puisqu'il date du moyen-âge. Il a donc été adapté plusieurs fois pour avoir un ton plus moderne. Il procure donc un bon moment de lecture qui permet d'aller du sourire au rire régulièrement !

Bonne lecture !

Romain

jeudi 17 novembre 2016

Citation du jeudi #citation

“Je ne suis ni Athénien, ni Grec, mais un citoyen du monde.” Socrate

mardi 15 novembre 2016

"Apologie de Socrate" de Platon #Chronique

Titre: Apologie de Socrate
Auteur: Platon
Publication: IVème siècle avt JC

L'apparition, dans cette chronique littéraire, d'un ouvrage philosophique pourrait surprendre. Néanmoins, le style employé par Platon pour retracer le procès de Socrate est assez singulier. En effet, à l'exception de trois ou quatre répliques extérieures, le texte est un long monologue de Socrate. Ne serait-ce que pour cette unique raison de style, il nous semblait que ce livre pouvait prendre part dans cette chronique. Cette précision étant apportée, de quoi s'agit-il ?

socrate.jpg

Socrate, un des philosophes grecs les plus célèbres de l'histoire, avait une manie assez étrange. Il n'écrivait pas de livre : il préférait discuter avec différentes personnes rencontrées dans la rue afin d'éprouver sa méconnaissance des sciences et des affaires du monde. Persuadé qu'il ne savait rien, il restait dubitatif face à la déclaration de l'oracle de Delphes : "Socrate est le plus savant des hommes." Il se rendait donc près des plus illustres spécialistes de son temps et leur posait des questions sur leur art. Ces derniers, au terme d'un dialogue reproduit par Platon, se retrouvaient confondus dans leurs propres contradictions. Immanquablement, chacun de ses dialogues est l'occasion de découvrir une méthode d'exploration philosophique sur différents thèmes... Aujourd'hui, ses dialogues pourraient trouver place dans une collection que j'intitulerais volontiers "la philosophie en s'amusant." Or, au froncement des sourcils du lecteur circonspect que j'imagine en train de me lire, je me permets d'ajouter que le terme "en s'amusant" n'est pas galvaudé, tant l'humour est présent chez Socrate. Inévitablement, ses interlocuteurs finissaient humiliés.

Après plusieurs années passées à commercer avec le "tout-venant spécialisé", Socrate finit par générer des inimitiés particulièrement fortes dans la population. Il en résulta une double accusation d'un certain Mélétos :

  • Socrate ne croit pas aux dieux d'Athènes;
  • Socrate corrompt la jeunesse;


Ces accusations - très graves pour l'époque - seront examinées par 500 juges. "L'apologie de Socrate" retrace sa défense ("apologie" en grec ancien traduit le fait de se défendre d'une accusation) et sa condamnation. Ce texte, outre ses qualités historiques et philosophiques, nous place dans la situation des juges. La distinction des différentes parties nous permet de prendre le temps de décider si les accusations contre Socrate sont fondées ou non. On prend ensuite connaissance de ce qu'ont décidé les juges. Au-delà de l'humour développé par Socrate pendant son procès, beaucoup d'émotions transparaissent.

Ce livre, très court au demeurant, est incontournable pour qui veut découvrir une figure mythique de la philosophie antique et revivre les minutes palpitantes d'un des plus grands procès de l'Histoire. Nous attirons votre attention sur l'émission "Les nouveaux chemins de la connaissance" du 14 novembre 2016 à 10h00 qui porte sur cet épisode de la vie de Socrate.

Bonne lecture!

Romain

mardi 25 octobre 2016

Les mille et une nuits #Chronique

Titre : Les mille et une nuits

Auteur : Anonyme

"Les mille et une nuits" est un recueil de contes populaires d'origine persane qui fait partie des plus grands classiques mondiaux de la littérature. On y retrouve toutes les plus grandes histoires qui nous ont fait rêver enfant... mais qui nous offrent encore un enseignement à l'âge adulte.

L'histoire est simple : un sultan qui a subi une infidélité a mis à mort sa femme pour la punir. Il décide, pour que cette fâcheuse histoire ne se répète pas, de faire tuer chaque nouvelle épouse après avoir passé une seule nuit avec elle. Shéhérazade devient sa femme. Elle trouve, comme stratagème pour éviter son funeste sort, de raconter chaque nuit une histoire qui ne se terminera qu'au milieu de la nuit suivante. Ainsi, le lever du jour stoppant sa narration, c'est toujours au milieu d'une histoire qu'elle cesse de conter. C'est ainsi un florilège de contes (dans un conte) qui nous est proposé dans ce livre.

On retrouve, parmi toutes ces histoires, Ali Baba et les quarante voleurs, Aladin ou encore Sinbad le marin... dans la traduction faite par Antoine Galland au XVIIème siècle! Pourtant, ces histoires si connues ne font pas partie à l'origine des textes originaux, mais sont des ajouts du traducteur. Il n'en reste pas moins que ces contes sont très intéressants et contiennent des trésors de créativité et de rebondissements. Avis aux amateurs!

Bonne lecture!

Romain

lundi 10 octobre 2016

Faire vivre les langues anciennes réduit les risques d'apédeutisme ! #MotDisparu

Bien des raisons conduisent à apprendre ces langues anciennes, dont toute la culture rayonne encore dans notre société actuelle. Supprimer l'étude de ces langues disparues, c'est ouvrir la porte à la perte d'une identité culturelle importante de notre monde actuel.

Des milliers de papyrus ont été récemment découverts, rédigés en grande partie en langue ancienne grecque. Cela signifie que de nombreuses choses sont encore à découvrir sur les civilisations antiques qui sont, encore aujourd'hui, des exemples à étudier. Pourquoi s'intéresser à ces "vieilleries" pourrait-on se demander ? Tout simplement parce que les problématiques antiques sont proches de nos problèmes de société. Par exemple, le texte que Lysias nous transmet concernant l'infirme auquel il était contesté une pension civile reste d'une brûlante actualité au moment où les débats existent, dans notre société, concernant les aides sociales.

L'étude des civilisations antiques mène également à s'interroger sur notre histoire et à s'ouvrir à tout type de cultures. Ainsi, la civilisation Khmer, très connue du fait de sa grande cité Angkor, semble avoir disparu en raison de l'épuisement écologique des ressources autour de sa cité, après en avoir fait une surexploitation massive, ce qui nous donne à réfléchir compte tenu du mode de consommation de notre société.

Ainsi, aujourd'hui, nous revenons à ce mot : l'apédeutisme. Il provient des racines grecques παιδεύω (paideo), qui signifie initialement "éduquer un enfant" et qui, par extension, est devenu "instruire" ou "former", et du privatif α. Pour lutter contre l'apédeutisme (l'ignorance) qui guette notre société toujours à la recherche de compétences "utiles" plutôt que celles moins "efficaces" sur un strict plan économique, mais plus "efficientes" pour la réflexion de l'individu, il nous appartient à tous de savoir transmettre le goût de ces humanités anciennes à notre entourage.

Une fois n'est pas coutume, nous vous invitons à écouter le podcast de France Culture sur l'émission "Faire vivre les langues mortes".

L'équipe des éditions secrètes

- page 1 de 4