Mot-clé - chronique

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 30 mai 2017

"Le jour où j'ai passé l'arme à droite" Franck Leduc #Chronique #MardiConseil

couv_finale.jpg

Recette miracle pour la bonne humeur :

  • Prenez un héros banal : Anton Buridan;
  • Ajoutez-y une entreprise de pompes funèbres malhonnête;
  • Saupoudrez d'un peu de filous en mal de reconnaissance;
  • Mélangez avec une entreprise de kidnapping honnête;
  • Malaxez le tout copieusement.

Lisez immédiatement et sans modération la composition obtenue.

Vous obtiendrez des éclats de rire et un sourire persistant.

Version numérique : 3,99 euros TTC

Disponible en version brochée au prix de 15,00 euros TTC. Pour l'acheter, rendez-vous dans toutes les bonnes librairies muni de l'ISBN : 978-2-37446-018-5

Franck Leduc

Une scolarité scientifique traditionnelle et exemplaire. Une réussite professionnelle en conséquence. Logique. Un honnête père de famille. Pourtant... Qui imaginerait que, dès la nuit tombée, tel mister Hyde, Franck Leduc se transforme en un écrivain fantasque aux univers variés. Le paradoxe de sa personne réside dans sa capacité à réinventer le quotidien: les situations les plus loufoques ou ubuesques surgissent naturellement, sous sa plume, avec toute la précision horlogère dont le réel est capable.

Vous aimez être surpris et rire aux larmes en découvrant des personnages se retrouver prisonniers de leurs propres pièges ? Vous voulez vibrer avec eux lorsqu'ils seront en prise avec un réel tout aussi absurde que ne peut l'être la vie ? Faites confiance à Franck Leduc pour vous guider dans le dédale du monde, vous montrant scène après scène, les tableaux imaginaires qu'il a écrits pour vous.

Retrouvez le dans une "interview" sur l'Atrium ou en lisant ses nouvelles "Les bruits des cailloux sur la glace" dans Horrible Monde et "99 voyages en barque" dans Hiver.

L'équipe

mardi 18 avril 2017

"Le jour où j'ai passé l'arme à droite" de Franck Leduc, version brochée disponible! #Chronique #MardiConseil

couv_finale.jpg

Recette miracle pour la bonne humeur :

  • Prenez un héros banal : Anton Buridan;
  • Ajoutez-y une entreprise de pompes funèbres malhonnête;
  • Saupoudrez d'un peu de filous en mal de reconnaissance;
  • Mélangez avec une entreprise de kidnapping honnête;
  • Malaxez le tout copieusement.

Lisez immédiatement et sans modération la composition obtenue.

Vous obtiendrez des éclats de rire et un sourire persistant.

Version numérique : 3,99 euros TTC

Disponible en version brochée au prix de 15,00 euros TTC. Pour l'acheter, rendez-vous dans toutes les bonnes librairies muni de l'ISBN : 978-2-37446-018-5

Franck Leduc

Une scolarité scientifique traditionnelle et exemplaire. Une réussite professionnelle en conséquence. Logique. Un honnête père de famille. Pourtant... Qui imaginerait que, dès la nuit tombée, tel mister Hyde, Franck Leduc se transforme en un écrivain fantasque aux univers variés. Le paradoxe de sa personne réside dans sa capacité à réinventer le quotidien: les situations les plus loufoques ou ubuesques surgissent naturellement, sous sa plume, avec toute la précision horlogère dont le réel est capable.

Vous aimez être surpris et rire aux larmes en découvrant des personnages se retrouver prisonniers de leurs propres pièges ? Vous voulez vibrer avec eux lorsqu'ils seront en prise avec un réel tout aussi absurde que ne peut l'être la vie ? Faites confiance à Franck Leduc pour vous guider dans le dédale du monde, vous montrant scène après scène, les tableaux imaginaires qu'il a écrits pour vous.

Retrouvez le dans une "interview" sur l'Atrium ou en lisant ses nouvelles "Les bruits des cailloux sur la glace" dans Horrible Monde et "99 voyages en barque" dans Hiver.

L'équipe

mardi 11 avril 2017

"Sortilèges et autres contes crépusculaires" Michel de Ghelderode #Chronique

Titre: Sortilèges et autres contes crépusculaires
Auteur: Michel de Ghelderode
Première publication: 1947

Ces cris inhumains achevèrent de m'éclairer. Et je criai, vers la mer, ce cimetière intracé :

- Vous n'étiez pas des âmes, il n'y a pour vous ni purgatoire ni limbes, il n'y a pour vous aucune prière possible, puisque vous étiez morts avant toute existence, innocents non procréés et rendus à la cornue, hors toute connaissance, et moins savants qu'une algue... Sans destinée, sans attaches, une secrète attirance vous a menés vers moi, qui suis peut-être comme vous un produit d'amours imperméables, mais qui a trompé ses impudiques auteurs... Adieu!...

Et je tournai le dos à l'horizon marin, recommençant ma fuite, à rebours cette fois...


Michel de Ghelderode est un auteur belge, né dans les Flandres. Son enfance a été bercée par les contes que lui racontait sa mère. Poète, homme de théâtre et conteur, ses talents d'homme de lettres sont variés. Muni d'une imagination puissante, il construit des univers oniriques, souvent baroques et fantastiques, qui font parfois penser aux tableaux de Jérôme Bosch.

Dans ce recueil de douze nouvelles, Michel de Ghelderode interroge l'esprit en le confrontant au surnaturel. Son style et son phrasé saisissent en quelques mots une idée, une émotion ou un lieu. On se laisse emporter par son lyrisme littéraire et ses histoires abracadabrantesques. Partez donc en voyage dans la Belgique brumeuse, aux histoires fantastiques, avec ce petit recueil. Vous ne regretterez pas ce petit détour dans les coins sombres de l'âme.

Bonne lecture!

Romain

mardi 24 janvier 2017

"Madame Bovary", Gustave Flaubert #Chronique #MardiConseil

Titre: Madame Bovary
Auteur : Gustave Flaubert

« Il s'était tant de fois entendu dire ces choses, qu'elles n'avaient pour lui rien d'original. Emma ressemblait à toutes les maîtresses ; et le charme de la nouveauté, peu à peu tombant comme un vêtement, laissait voir à nu l'éternelle monotonie de la passion, qui a toujours les mêmes formes et le même langage. »

Emma, fille d'un riche fermier, a grandi au couvent. Sa jeunesse est rythmée par des ouvrages au romantisme exacerbé. Elle rêve d'un amour pur, d'un amour merveilleux. Cependant, les choses ne se passent pas comme elle le souhaitait. Mariée à Charles, petit médecin, Emma déchante. Pour échapper à cette vie monotone, la jeune femme succombera à plusieurs vices.

Dans cette œuvre majeure de la littérature française, Flaubert dénonce les dangers du rêve qui dénature la réalité. Plongée dans ses idéaux impossibles, Emma gâche sa vie, ne sachant profiter des bonheurs que la vie lui offre: un mari aimant, une petite fille, une vie tranquille. L'état émotionnel de la jeune femme donnera naissance à un nouveau mot dans la langue française: le bovarysme.

Flaubert fait de « Madame Bovary » une critique sociale de la petite bourgeoisie locale. Les traits des personnages sont caricaturés afin de mieux savourer leurs faiblesses. L'histoire est rythmée par de multiples rebondissements, ce qui la rend passionnante. L'écriture, fluide, et les descriptions comiques de certaines situations nous entraînent dans une lecture agréable.

Œuvre classique que j'avais partiellement étudiée pendant mes études « Madame Bovary » ne m'avait cependant pas, à l'époque, donné l'envie de poursuivre ma lecture. Plusieurs années ont passé, un ami m'a insufflé l'envie de reprendre l'ouvrage. A la fin de ma lecture, j'ai regretté de ne pas l'avoir lu plus tôt. Si vous ne le connaissez pas, à votre tour de le lire !

« Vous profitez impudemment de ma détresse, monsieur ! Je suis à plaindre, mais pas à vendre ! »

Bonne lecture !

Pauline

mardi 22 novembre 2016

"Le roman de Renart" #Chronique #MardiConseil

Titre : Le roman de Renart
Auteur : Anonymes

"Le roman de Renart" est un texte médiéval qui reprend toute une série de petites histoires, qui pourraient être contées, concernant Maître Renart. Cet ouvrage est clairement dans la lignée des fables d'Esope (ou de la Fontaine) mettant en scène des animaux pour caricaturer les archétypes des personnalités humaines.

Ce coquin de Renard se joue en permanence de son comparse le loup Ysengrin. Toutes ses farces sont ingénieuses. Mais parfois, il tombe dans son propre piège : "tel est pris qui croyait prendre", notamment lorsqu'il cherche à attraper des gélines ou Chantecler le coq.

Le texte est parfois un peu moralisateur, mais c'est l'esprit de farce qui domine largement. Il existe plusieurs versions de ce texte puisqu'il date du moyen-âge. Il a donc été adapté plusieurs fois pour avoir un ton plus moderne. Il procure donc un bon moment de lecture qui permet d'aller du sourire au rire régulièrement !

Bonne lecture !

Romain

mardi 15 novembre 2016

"Apologie de Socrate" de Platon #Chronique

Titre: Apologie de Socrate
Auteur: Platon
Publication: IVème siècle avt JC

L'apparition, dans cette chronique littéraire, d'un ouvrage philosophique pourrait surprendre. Néanmoins, le style employé par Platon pour retracer le procès de Socrate est assez singulier. En effet, à l'exception de trois ou quatre répliques extérieures, le texte est un long monologue de Socrate. Ne serait-ce que pour cette unique raison de style, il nous semblait que ce livre pouvait prendre part dans cette chronique. Cette précision étant apportée, de quoi s'agit-il ?

socrate.jpg

Socrate, un des philosophes grecs les plus célèbres de l'histoire, avait une manie assez étrange. Il n'écrivait pas de livre : il préférait discuter avec différentes personnes rencontrées dans la rue afin d'éprouver sa méconnaissance des sciences et des affaires du monde. Persuadé qu'il ne savait rien, il restait dubitatif face à la déclaration de l'oracle de Delphes : "Socrate est le plus savant des hommes." Il se rendait donc près des plus illustres spécialistes de son temps et leur posait des questions sur leur art. Ces derniers, au terme d'un dialogue reproduit par Platon, se retrouvaient confondus dans leurs propres contradictions. Immanquablement, chacun de ses dialogues est l'occasion de découvrir une méthode d'exploration philosophique sur différents thèmes... Aujourd'hui, ses dialogues pourraient trouver place dans une collection que j'intitulerais volontiers "la philosophie en s'amusant." Or, au froncement des sourcils du lecteur circonspect que j'imagine en train de me lire, je me permets d'ajouter que le terme "en s'amusant" n'est pas galvaudé, tant l'humour est présent chez Socrate. Inévitablement, ses interlocuteurs finissaient humiliés.

Après plusieurs années passées à commercer avec le "tout-venant spécialisé", Socrate finit par générer des inimitiés particulièrement fortes dans la population. Il en résulta une double accusation d'un certain Mélétos :

  • Socrate ne croit pas aux dieux d'Athènes;
  • Socrate corrompt la jeunesse;


Ces accusations - très graves pour l'époque - seront examinées par 500 juges. "L'apologie de Socrate" retrace sa défense ("apologie" en grec ancien traduit le fait de se défendre d'une accusation) et sa condamnation. Ce texte, outre ses qualités historiques et philosophiques, nous place dans la situation des juges. La distinction des différentes parties nous permet de prendre le temps de décider si les accusations contre Socrate sont fondées ou non. On prend ensuite connaissance de ce qu'ont décidé les juges. Au-delà de l'humour développé par Socrate pendant son procès, beaucoup d'émotions transparaissent.

Ce livre, très court au demeurant, est incontournable pour qui veut découvrir une figure mythique de la philosophie antique et revivre les minutes palpitantes d'un des plus grands procès de l'Histoire. Nous attirons votre attention sur l'émission "Les nouveaux chemins de la connaissance" du 14 novembre 2016 à 10h00 qui porte sur cet épisode de la vie de Socrate.

Bonne lecture!

Romain

mardi 1 novembre 2016

"La symphonie pastorale" d'André Gide #chronique #MardiConseil

Titre : La symphonie pastorale
Auteur : André Gide

"La symphonie pastorale" est un petit roman d'une grande sensibilité. Le style étant fluide et alerte, la lecture est très agréable et on se laisse emporter rapidement dans cet univers teinté de poésie. Néanmoins, il s'agit d'un drame qui prend sa source dans les tragédies grecques.

Gertude, jeune fille orpheline et aveugle, est recueillie par un pasteur et sa famille. Il l'éduque, mais il en tombe amoureux... Il en est de même de son fils, Jacques, que le père éloignera de la famille pour ce motif. Il y a donc un conflit moral important dans cette histoire : la morale chrétienne reste omniprésente et pèse sur tous les personnages comme un couvercle qui les empêche de s'échapper.

J'ai trouvé dans ce livre, dans cette hisoire et chez chacun des personnages, beaucoup d'émotions et de sentiments. L'écriture n'est pas mélodramatique et, à un aucun moment, l'auteur ne cède à la facilité du romantisme et du sentimentalisme. Je ne peux que vous en conseiller la lecture!

Romain

mardi 25 octobre 2016

Les mille et une nuits #Chronique

Titre : Les mille et une nuits

Auteur : Anonyme

"Les mille et une nuits" est un recueil de contes populaires d'origine persane qui fait partie des plus grands classiques mondiaux de la littérature. On y retrouve toutes les plus grandes histoires qui nous ont fait rêver enfant... mais qui nous offrent encore un enseignement à l'âge adulte.

L'histoire est simple : un sultan qui a subi une infidélité a mis à mort sa femme pour la punir. Il décide, pour que cette fâcheuse histoire ne se répète pas, de faire tuer chaque nouvelle épouse après avoir passé une seule nuit avec elle. Shéhérazade devient sa femme. Elle trouve, comme stratagème pour éviter son funeste sort, de raconter chaque nuit une histoire qui ne se terminera qu'au milieu de la nuit suivante. Ainsi, le lever du jour stoppant sa narration, c'est toujours au milieu d'une histoire qu'elle cesse de conter. C'est ainsi un florilège de contes (dans un conte) qui nous est proposé dans ce livre.

On retrouve, parmi toutes ces histoires, Ali Baba et les quarante voleurs, Aladin ou encore Sinbad le marin... dans la traduction faite par Antoine Galland au XVIIème siècle! Pourtant, ces histoires si connues ne font pas partie à l'origine des textes originaux, mais sont des ajouts du traducteur. Il n'en reste pas moins que ces contes sont très intéressants et contiennent des trésors de créativité et de rebondissements. Avis aux amateurs!

Bonne lecture!

Romain

mardi 18 octobre 2016

"Cosmos" de Witold Gombrowicz #Chronique #MardiConseil

Titre Cosmos
Auteur Witold Gombrowicz


"Il y a quelque chose dans la conscience qui en fait un piège pour elle-même", Witold Gombrowicz.

Deux solutions : soit vous avez envie de décortiquer ce que peut signifier cette phrase, soit vous passez votre chemin. Si vous avez envie de continuer, alors laissez en dehors du livre tout ce que vous connaissiez. Vous entrez dans un autre univers, bienvenue dans "Cosmos".

Tout de suite, je vous l'avoue, c'est mon livre de chevet, j'ai dû le lire à peu près une dizaine de fois. J'en ai lu toute l'œuvre de Gombrowicz (romans, journal, pièce de théâtre, cours de philosophie...). Je n'ai pas retrouvé l'éclat qui illumine ce livre (du début jusqu'à la fin) dans aucune autre de ses œuvres. Seul, le roman "la Pornographie" rivalise vraiment.

Tout d'abord, il s'agit d'un livre policier. Les personnages mènent l'enquête. Les indices sont étranges. Le cheminement de pensée est troublant, les rebondissements sont multiples et toujours inattendus, la fin est brillantissime. Voilà l'ouvrage résumé en quelques mots. En dire plus, c'est vous priver du plaisir de le découvrir.

Ce livre, pour l'avoir offert à quasiment toutes les personnes qui m'entourent (je dois acheter ce livre 3 fois par an environ depuis une dizaine d'années), ne fait pas l'unanimité. Pourquoi ?

D'abord, il est premier dans le genre "inclassable". Les règles de la réalité sont respectées (gravitation, on ne traverse pas les murs, pas de vampire, pas d'effets spéciaux). Vous n'y trouverez pas de science fiction, pas de fantastique, pas d'heroic fantasy: l'action se situe en Pologne au début du siècle. On s'attend donc à trouver un livre "classique", qui réalise éventuellement une critique sociale ou donne un témoignage historique. Pas de ça ici, on explore comment fonctionne le cerveau humain. C'est donc un livre universel, mais qui ne dévoile jamais ostensiblement ses intentions. On explore le Cosmos, d'accord, mais humblement s'il vous plaît...

Ensuite, il s'agit d'un livre subjectif, c'est-à-dire qui explore la subjectivité des personnages jusqu'à la caricature. Ils ont parfois des comportements de "fous", mais pendant le déroulement du livre, on accompagne progressivement les personnages dans cette découverte du monde donc on se laisse emporter sans s'en rendre compte. Il faut se mettre dedans et le lire "rapidement" (en moins de dix jours). Il est relativement court, ce qui fait qu'en six heures il peut être fini.

Il faut tout accepter : certaines scènes peuvent être choquantes, pas tant par la description que par les implications psychologiques pour les personnages. Ce n'est pas un livre d'horreur, il n'y a pas vraiment un suspens (ou une peur) qui monte, même s'il y a indéniablement une forme d'intérêt qui croît tout le long du livre (du suspens en fait, mais pas au sens traditionnellement entendu).

Enfin, il faut se résigner à partir en voyage dans un livre construit à l'envers, où TOUT est possible, quitte à ne pas respecter les codes traditionnels de ce qu'est un livre. C'est incroyable, mais ça marche.

Ceux qui aiment les histoires linéaires du type : "intrigue - recherche d'indices - confrontation - résolution" seront probablement déçus. Gombrowicz n'a rien fait d'autre que de réinventer la roue avec ce roman, mais, bien qu'elle ne soit pas ronde, elle roule. Perplexe ? Moi aussi. C'est pourquoi je continuerai à relire ce roman. Avec plaisir.

Pour clore, je dirai que ce livre est une démonstration de ce que pourrait être l'existentialisme poussé à l'extrême. Ce livre ressemble à de la folie à l'état pur, maîtrisé par Gombrowicz, ça touche le sublime.

Pour ceux qui ont un goût pour l'écriture, ce livre est un modèle et ouvre des portes sur l'écriture comme aucun autre. Je n'ai jamais rencontré un livre équivalent à celui-ci.

Pour faire court, lisez-le.

Romain

mardi 4 octobre 2016

"Boule de Suif" de Guy de Maupassant #chronique #MardiConseil

Titre : Boule de Suif

Auteur : Guy de Maupassant

1870, en pleine guerre prussienne. Dix personnes fuient la ville de Rouen, prise d'assaut par les soldats prussiens. Elisabeth Rousset, prostituée nommée "Boule-de-Suif" à cause de son embonpoint, donne de sa personne pour sauver les autres voyageurs lors de leur périple. Jusque-là me direz-vous, rien d'extraordinaire, et pourtant! Bien que de riches personnes voyagent dans cette diligence, seule la bonté d'Elisabeth les sauvera!

Dans la lignée de l'excellente Comédie Humaine de Balzac, Maupassant ne manque pas d’ingéniosité pour brosser un portait de ses contemporains et de l'humanité en général. Chaque personne présente dans ce carrosse représente un milieu social bien défini. Le huit-clos de la diligence fait ressortir le côté sombre des bourgeois présents : l'hypocrisie, la cupidité et les préjugés.

Dans un style limpide et juste, l'auteur grossit les traits de la bassesse humaine. L'amour, la morale et la décence de l'époque dans le milieu bourgeois sont tout aussi bien décrits. Symbole de l'immoralité, "Boule-de-Suif" est aux antipodes de ce qu'elle est censée représenter dans la société. Elle est à l'image de ses rondeurs : extrêmement généreuse. La respectabilité et la noblesse ne sont pas toujours là où on l'imagine, semble nous souffler Maupassant. Cependant, la noirceur de certains portraits ne doit pourtant pas masquer le côté ironique et jubilatoire de cette œuvre.

J'ai lu ce roman au lycée mais je n'avais pas encore un recul nécessaire pour comprendre certains éléments. J'ai pu à présent savourer cette œuvre qui, j'avoue, m'a fait réagir. En effet, bien que l'intrigue se situe au XIXe siècle, les thèmes abordés sont toujours d'actualité.

Je vous souhaite une bonne lecture !

Pauline

- page 1 de 3