Mot-clé - Jean-François Joubert

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 20 juin 2017

"Le petit marchand de sourires" de Jean-François Joubert #Chronique

Titre Le petit marchand de sourires
Auteur Jean-François Joubert

lepetitmarchanddesourires_3.jpg

Olivier, 10 ans, est atteint de la progeria, cette maladie qui fait vieillir le corps plus vite que l'âme. L'espace d'un instant, le petit garçon et ses parents, unis comme jamais, nous invitent dans un dialogue où se mêlent l'innocence, les rires, les peurs et les rêves.

Ce texte est vibrant d'émotions, tout en délicatesse, la poésie de l'enfance survolant le drame de l'existence.

Rédigé magistralement, à aucun moment l'auteur ne cède à la facilité du sensationnel. Au contraire, il signe, avec cet ouvrage, un texte à la fois poétique et respectueux. Ce petit garçon, Olivier, nous transmet, avec toute cette charmante maladresse de l'enfance, un message d'espoir qui n'est rien d'autre qu'une ode à la vie.

Bonne lecture!

Romain

En version brochée (ISBN : 978-2-37446-007-9) au prix de 8,00 euros TTC, sur commande, dans toutes les librairies de France, Belgique, Suisse, Luxembourg et Canada.

En version numérique au prix de 2,99 euros sur

jeudi 18 mai 2017

Salon du livre de Damparis : rencontrez Jean-François Joubert !

Les 20 et 21 mai aura lieu un salon du livre à Damparis où vous pourrez rencontrer Jean-François Joubert en dédicace du petit marchand de sourires et du Mage du Rumorvan.

Toutes les informations sur le site de la ville de Damparis.

lepetitmarchanddesourires_3.jpg

LemageduRumorvanv3.jpg

mardi 13 septembre 2016

"Le petit marchand de sourires" de Jean-François Joubert #Chronique # MardiConseil

Titre Le petit marchand de sourires
Auteur Jean-François Joubert

lepetitmarchanddesourires_3.jpg

Olivier, 10 ans, est atteint de la progeria, cette maladie qui fait vieillir le corps plus vite que l'âme. L'espace d'un instant, le petit garçon et ses parents, unis comme jamais, nous invitent dans un dialogue où se mêlent l'innocence, les rires, les peurs et les rêves.

Ce texte est vibrant d'émotions, tout en délicatesse, la poésie de l'enfance survolant le drame de l'existence.

Rédigé magistralement, à aucun moment l'auteur ne cède à la facilité du sensationnel. Au contraire, il signe, avec cet ouvrage, un texte à la fois poétique et respectueux. Ce petit garçon, Olivier, nous transmet, avec toute cette charmante maladresse de l'enfance, un message d'espoir qui n'est rien d'autre qu'une ode à la vie.

Bonne lecture!

Romain

En version brochée (ISBN : 978-2-37446-007-9) au prix de 8,00 euros TTC, sur commande, dans toutes les librairies de France, Belgique, Suisse, Luxembourg et Canada.

En version numérique au prix de 2,99 euros sur

vendredi 25 mars 2016

Un an déjà! Et voilà l' "Edition secrète" des éditions secrètes ! #RecueilNouvelles

couverture_finale_600.jpg


Et bien voilà un an que nous avons créé la société et que nous nous sommes lancés dans l'édition! Une année où se mêlent pêle-mêle l'enthousiasme, la joie, les rencontres, les déconvenues, les découvertes, le doute, la passion, le désarroi, le rire... mais surtout une envie permanente de faire découvrir des auteurs et de partager nos découvertes. C'est aussi l'heure de faire le bilan et nous serons laconiques :

  • environ 250 manuscrits reçus en 9 mois;
  • 12 publications;
  • 11 auteurs;
  • 8 publications à venir pour les prochains mois;
  • 1 site internet contenant 209 pages et recevant la visite de 300 visiteurs par jour;
  • 1 blog d'auteurs : l' Atrium;
  • 1 compte Twitter ESecretes;
  • 1 page Facebook;


Pour fêter cet évènement, nous avions lancé un appel à texte pour un recueil de nouvelles sur le thème "Edition secrète". De nombreux auteurs ont répondu présents, les contributions étaient de qualité et le choix fut difficile! Nous vous remercions de votre fidélité et nous vous souhaitons une bonne lecture !

Le fichier est disponible en pdf

En Epub sur les sites suivants :

En .mobi sur Amazon (Kindle) :

lundi 25 janvier 2016

"Le petit Olivier est mignoté par ses parents." #motdisparu

Dans le petit marchand de sourires, Jean-François Joubert nous fait partager le quotidien d'Olivier, un petit garçon malade, et ses interrogations sur la vie. Ses parents sont à ses côtés pour faire taire ses angoisses et s'interroger sur le sens de la vie. Tout en délicatesse, leur présence, leurs gestes et leurs paroles traduisent exactement ce que le terme "mignoter" signifie. En effet, ce mot disparu du XVème siècle est utilisé lorsqu'une personne est choyée, dorlotée et traitée avec délicatesse. Nul doute que ce terme pourrait revenir dans notre langage courant car, si le vocabulaire peut s'user, les sentiments humains, eux, restent les mêmes au fil des siècles.


Nous attendons avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme. Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte. Les références Twitter sont également les bienvenues.

Cette semaine, racontez nous comment vous avez réussi à placer le verbe mignoter dans vos conversations courantes (ou vos tweets)... et envoyez nous tous les termes surannés rencontrés que vous souhaitez voir apparaître dans cette rubrique! C'est un challenge, mais aussi un plaisir, pour nous de construire des textes avec des mots inusités (ou presque)!

L'équipe des Editions Secrètes

lepetitmarchanddesourires_3.jpg

En vente au prix de 2,99 euros sur

lundi 16 novembre 2015

Attentats #motpasdisparu #CaCompliqueLesChoses

Le lundi est le jour du mot rare, du mot disparu. Une rubrique que nous aimons faire car elle est amusante, nous cultive et nous rappelle l'évolution de la langue française. Ce week-end, il ne nous a pas été possible de la réaliser. Les conditions n'étaient pas réunies compte tenu des évènements. Il a été longtemps débattu de savoir ce que nous devions faire, exprimer, écrire sur notre site internet. Nous avons choisi la parole.

Tout d'abord, nous sommes touchés, comme chacun, par l'horreur de ces évènements et leurs conséquences humaines. Nous nous associons à la douleur de tous ceux qui ont été frappés par ces attentats.

Nous tenons également à marquer dans le marbre que nos motivations pour créer cette maison d'édition sont des valeurs d'éducation, de tolérance, de culture, de partage et de liberté d'expression. Nous avons choisi de les promouvoir à travers un unique genre littéraire : le roman. D'autres choix étaient possibles, tout aussi respectables. Nous tenons à vous expliquer comment ces valeurs nous guident.

Nous croyons fermement que le roman, qui nous entraîne dans une fiction et nous fait rêver, permet à tous, en respectant la culture de chacun, de nous plonger dans un autre univers propice aux rêves et à la réflexion. Chacun peut ainsi prendre dans sa lecture des idées ou de vivre des émotions qui lui permettront de s'élever vers un autre lui-même plus tolérant, ouvert à la différence, que cette dernière soit culturelle ou de toute autre nature, plus philosophe. Le rêve permet l'évasion, l'utilisation de l'imagination et de la créativité, et donc génère de l'espoir. La réflexion naît de cette confrontation, pacifique, entre le lecteur et une autre vision du monde.

L'objectif avoué de la démarche littéraire, qu'elle soit consciente ou inconsciente, est de partager chez le lecteur un don pour la relativité face à sa propre subjectivité. En un mot, apprendre à favoriser le dialogue entre des personnes différentes par la compréhension réciproque des unes avec les autres.

Au-delà de la barbarie des actes perpétrés par des tueurs sans conscience, ce sont ces valeurs qui sont atteintes. Ce sont nos valeurs et nos idéaux d'éducation et de culture qui sont attaqués. C'est le rêve et la réflexion, l'espoir que l'on essaie d'assassiner. Si demain, Daesh était au pouvoir, il n'y aurait plus de livre, plus d'idée différente, la femme retournerait à l'infériorité à laquelle elle a été cantonnée pendant des millénaires d'histoire, la parole dissidente sera tranchée définitivement : nous serons contraints de vivre dans un désert d'inculture, d'intolérance et de bêtise. Cela n'a rien à voir avec une religion quelconque, c'est simplement un groupe qui souhaite asseoir son pouvoir par la force et le maintenir par l'abêtissement des populations qui lui seraient asservies.

Nous mettons donc en garde solennellement toute tentative d'amalgame qui pourrait être réalisée, toute condamnation hâtive de telle minorité de la population ou d'êtres humains comme étant "responsables." Réaliser un tel raccourci d'idée est exactement l'objectif de ce groupe, tentant d'instiller la crainte dans nos cœurs et la bêtise dans nos têtes. Il faut répondre à leurs atteintes, chacun à notre niveau, par plus de dialogue, de culture, de lecture et tenter de comprendre comment des personnes peuvent finir par haïr d'autres êtres humains au point de les massacrer et de haïr eux-mêmes leur propre vie au point de la supprimer. Nous avons probablement une responsabilité collective à cette haine apparue dans le cœur d'hommes, qui peuvent être français, pour qu'ils tournent des armes contre des autres hommes, même citoyens de leurs propres pays.

Parce que notre métier d'éditeur est celui de propager la culture, nous avons ouvert un espace de libre expression à nos auteurs en leur indiquant qu'ils pouvaient l'utiliser comme bon leur semble : l'Atrium. Deux auteurs ont naturellement et immédiatement réagi en utilisant cette tribune mise à leur disposition. Il y a des émotions et de la réflexion dans leur texte, chacun l'exprimant à sa manière.

Pourriture(s) de Camille Eelen

Sans nom, sang visage de Jean-François Joubert

Nous sommes fiers de nos auteurs qui renouent ainsi avec la grande tradition française des intellectuels. Loin des amalgames, leurs écrits survolent les évènements et incitent, que ce soit directement ou indirectement, à plus de culture et de tolérance. C'est le monde dans lequel nous voulons vivre. C'est un monde dans lequel tout le monde devrait vouloir vivre. Ceux qui marchent à rebours d'un tel projet de civilisation ne doivent pas être montrés du doigt, même si la colère, les émotions et la peur peuvent nous y conduire naturellement... Non, ils doivent être accompagnés pour leur expliquer tout l'obscurantisme et l'impasse de leur projet de société, tenter de comprendre comment ils ont pu en arriver à de tels raisonnements absurdes afin de les aider à en sortir et apprendre à nos enfants, les acteurs du monde de demain, à ne pas basculer dans de telles extrémités.

« Vous, apprenez à voir, plutôt que de rester les yeux ronds... Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde » (La résistible ascension d'Arturo Ui, Bertolt Brecht).

L'équipe

samedi 24 octobre 2015

Rencontre à Brest

Vendredi soir, nous sommes allés à Brest. Une visite rapide de la ville avec notre auteur, Jean-François Joubert, suivie d'un verre face à la mer. Petite dédicace de sa part sur une ancienne édition du "Parapher ordinaire" (ouvrage à paraître en 2016 aux Editions Secrètes). Il nous a remis d'anciennes éditions d'autres ouvrages (à paraître également en 2016 pour certains!) et puis nous sommes partis au "Centre du monde". Repas délicieux, discussion littéraire, élaboration de projets, rires, complicité : la vie.

Un moment de rencontre unique avec un homme qui nous a laissé découvrir sa vie quotidienne, ses lieux de vies, sa librairie (la Librairie Dialogue : un lieu incroyable pour tous les amateurs de livres, ne la manquez pas!). Ne pas faire un compte-rendu, même rapide et succinct, de cette belle rencontre aurait été criminel. Nous étions proches grâce à la littérature, nous sommes unis aussi par l'humanité de la relation qui s'est créée.

La semaine prochaine, nous rencontrerons Nora Gaspard. Etre proche de nos auteurs est un souhait de notre maison d'édition. A chaque fois que l'opportunité de créer des rencontres se présentera, nous la saisirons et vous en parlerons.

L'équipe

jeudi 1 octobre 2015

Citation du jeudi #citation

"En gagnant l'immortalité, on perdrait ce qui donne à la vie sa valeur, sa saveur...", Jean-François Joubert #citation tirée du "Petit marchand de sourires"

lepetitmarchanddesourires_3.jpg

mardi 29 septembre 2015

"Le petit marchand de sourires" de Jean-François Joubert

Titre Le petit marchand de sourires
Auteur Jean-François Joubert

lepetitmarchanddesourires_3.jpg

Olivier, 10 ans, est atteint de la progeria, cette maladie qui fait vieillir le corps plus vite que l'âme. L'espace d'un instant, le petit garçon et ses parents, unis comme jamais, nous invitent dans un dialogue où se mêlent l'innocence, les rires, les peurs et les rêves.

Ce texte est vibrant d'émotions, tout en délicatesse, la poésie de l'enfance survolant le drame de l'existence.

Rédigé magistralement, à aucun moment l'auteur ne cède à la facilité du sensationnel. Au contraire, il signe, avec cet ouvrage, un texte à la fois poétique et respectueux. Ce petit garçon, Olivier, nous transmet, avec toute cette charmante maladresse de l'enfance, un message d'espoir qui n'est rien d'autre qu'une ode à la vie.

Bonne lecture!

Romain

En version brochée (ISBN : 978-2-37446-007-9) au prix de 8,00 euros TTC, sur commande, dans toutes les librairies de France, Belgique, Suisse, Luxembourg et Canada.

En version numérique au prix de 2,99 euros sur

lundi 21 septembre 2015

Un bouquiniste spécialisé dans les incunables, ces livres antérieurs à la naissance de l'imprimerie. #motdisparu

Un bouquiniste spécialisé dans les incunables, ces livres antérieurs à la naissance de l'imprimerie. Cette phrase tirée du Mage du Rumorvan nous permet de vous présenter le terme incunable. Il ne s'agit pas d'un mot véritablement disparu, mais plutôt rarement usité car c'est un terme de spécialiste. Pourtant, il mériterait d'être plus connu pour les auteurs qui rédigent de la Fantasy. En effet, ce terme désigne, de manière technique et historique, les ouvrages imprimés avant l'an 1501. Par extension, dans le langage courant, les manuscrits très anciens sont souvent nommés de cette manière.

Nous attendons avec impatience vos phrases, paragraphes, textes, nouvelles, romans ou sagas utilisant ce terme. Vous pouvez les mettre soit en commentaire sous ce billet, soit en mettant le lien vers la page de votre site internet ou de votre blog où vous avez rédigé le texte. Les références Twitter sont également les bienvenues.

Cette semaine, racontez nous comment vous avez réussi à placer le mot "incunable" dans vos conversations courantes (ou vos tweets)... et envoyez nous tous les termes surannés rencontrés que vous souhaitez voir apparaître dans cette rubrique! C'est un challenge, mais aussi un plaisir, pour nous de construire des textes avec des mots inusités (ou presque)!

L'équipe des Editions Secrètes
LemageduRumorvanv3.jpg

- page 1 de 2