"La peau de chagrin", Honoré de Balzac

Titre: La peau de chagrin
Auteur : Honoré de Balzac

peaudechagrin.jpg

Tout au long de la Comédie Humaine, Balzac nous présente des situations de vie et des personnages, mêlant analyse psychologique et intrigues fortes. "La peau de chagrin" est un roman étonnant dans cette longue série. Bien que dépeignant la société du XIXème siècle, il est à part dans l'oeuvre titanesque de Balzac. Premier grand succès de Balzac, ce roman reste parfaitement d'actualité par les thèmes universels et actuels qui y sont abordés : le Désir, le Temps, le sens de la vie et l'insouciance de la jeunesse.

Raphaël, jeune homme ambitieux, se trouve dépourvu de tout espoir dans la société bourgeoise du XIXème siècle. D'humeur morbide, cherchant à se donner la mort, il erre dans les rues de Paris, le soir. Il entre dans un magasin sombre. Là, il fait la rencontre d'un vieil homme qui, parmi toutes les antiquités de son échoppe, le conduit face à la Peau de Chagrin.

Sur cette peau, il y est inscrit dans une langue orientale que Raphaël a étudiée :

Si tu me possèdes, tu possèderas Tout, mais ta vie m'appartiendra, Dieu l'a voulu ainsi. Désire, et tes désirs seront accomplis. Mais règle tes souhaits sur ta vie. Elle est là. A chaque vouloir je décroîtrai comme tes jours. Me veux-tu? Prends. Dieu t'exaucera. Soit!

Il se saisit immédiatement de la peau de chagrin. Et l'histoire continue...

Avec beaucoup de recul, Balzac nous mène à travers ce roman dans une réflexion particulière sur notre propre destinée et sur notre envie d'assouvir nos désirs comme condition de notre bonheur. Au XXIème siècle, dans un monde où l'individualisme et la société de consommation nous poussent à l'accumulation de richesses matérielles et à satisfaire nos désirs les plus fous immédiatement, ce petit roman nous conseille la prudence et nous enseigne la valeur de la vie et de ses petits bonheurs.

Faire d'un roman fantastique un roman psychologique et philosophique, c'est le tour de force réussi de ce livre passionnant. J'espère que vous prendrez autant de plaisir que j'ai eu à le lire (et à le relire) !

Bonne lecture !

Romain