jeudi 9 avril 2015

Ecriture : Devenir chasseur de mot.

On se demande parfois comment les écrivains et poètes acquièrent un vocabulaire aussi riche et varié. Bien sûr, les rencontres faites au détour d'une page, un volume de recherche important et un ami dictionnaire aident immanquablement. Mais comment faire pour augmenter, à coup sûr, notre propre vocabulaire, le rendre ainsi plus riche et plus précis?

Il faut s'évertuer à devenir un chasseur de mot. Il s'agit en fait de traquer, dans notre entourage permanent, quel que soit le support, les mots qui nous font défaut. L'indispensable compagnon de ce type de chasseur est un petit carnet, glissé dans une poche ou à portée de main, avec un crayon, prêt à capturer le nouveau mot, le mot inconnu, le mot étrange ou le mot rare volé dans une conversation ou un écrit proche de nous.

On note sur le petit carnet le mot (ou l'expression, pas d'exclusivité!) dans son contexte, c'est-à-dire la phrase complète. Une fois rentré dans un lieu de recueillement d'écrivain, à savoir un bureau ou isolé avec son smartphone - chacun a ses préférences - on reprend son carnet et on cherche à connaître le sens de ce mot. On compulsera à loisir le Robert ou le Littré, deux dictionnaires complets, pour y trouver le sens et des exemples d'utilisation. Pour les adeptes des versions électroniques, le site Lexilogos sera parfait.

Une fois comprise la signification, on la note dans le petit carnet. Si on a quelques idées qui nous viennent, que ce soit d'utilisation ou des inspirations pour de futures créations, on les griffonne également. Petit à petit le carnet se remplit... et peu à peu le vocabulaire s'enrichit.

Romain